Théo Pourchaire, plus jeune vainqueur de l’histoire de la F3 !

A l’issue de son deuxième meeting de Formule 3, à 16 ans et alors qu’il entre dans sa deuxième saison complète de monoplace, Théo Pourchaire a déjà coché la case victoire. Le jeune pilote de l’Equipe de France FFSA Circuit a construit son exploit avec un élégant mariage de rapidité, sagesse et opportunisme qui lui a permis de sabler le champagne de la deuxième course F3 du Grand Prix de Styrie.

A l’orée du second rendez-vous autrichien de la Formule 3, Théo avait promis qu’on ne le reprendrait plus en défaut de célérité en qualification, celui-là même qui avait obéré ses chances de marquer des points une semaine plus tôt sur le Red Bull Ring. « Eh oui, 5e sur la grille, ça change tout ! » s’amuse Théo qui avait bouclé ses premières qualifications F3 au 20e rang une semaine plus tôt.

Disputée dans des conditions climatiques dantesques, la première manche avait tout du piège qui se referme sur les imprudents et les néophytes. Théo a intelligemment façonné sa course en prenant soin de rester en piste au plus fort des averses, quitte à céder aux attaques de concurrents plus aguerris. Neuvième au 14e tour de course, Théo tenait son Graal : une arrivée dans les points et une première ligne sur la grille de la seconde manche autrichienne. La direction de course décidait en effet d’interrompre le chemin de croix des rescapés et d’amputer l’épreuve de ses 10 derniers tours.

Dimanche, la météo était au beau fixe lorsque Théo virait en tête dans le premier droite à 90°, devant Hughes et Lawson. Profitant du DRS, les deux anglophones débordaient le Français au 4e tour.

Théo restait à l’affût en 3e position en contrant habilement les attaques des leaders du championnat. A trois tours du but, Lawson et Hughes se percutaient, provoquant leur abandon et la sortie de la voiture de sécurité. D’une pierre deux coups, Théo profitait de l’aubaine et prenait le commandement pour rallier l’arrivée derrière le safety car. « C’est top ! Je suis très content de cette victoire et de la manière dont nous l’avons acquise avec ART Grand Prix. Nous avons amélioré nos points faibles, nous avons bien progressé et j’espérais monter sur le podium », avoue le pilote de l’Equipe de France FFSA Circuit. « La première course ne m’a pas fait douter car nous avions privilégié des réglages en vue d’un assèchement de la piste, qui n’est jamais arrivé. Aujourd’hui, les conditions et la voiture étaient parfaites. J’espère que tout ce que nous avons appris au Red Bull Ring sera transposable en Hongrie. Je n’ai jamais roulé là-bas, mais nous avons travaillé dans le simulateur et j’espère que tout se passera bien ».

Info FFSA / Photo © Sebastian Rozendaal / Dutch Photo Agency

Français
X